Accueil Actualités Pénurie d’eau à Dakar : Abdoulaye Makhtar Diop dédouane la Sen eau...

Pénurie d’eau à Dakar : Abdoulaye Makhtar Diop dédouane la Sen eau et accuse « les immeubles « 

0

Le député par ailleurs Grand Serigne de Dakar s’est prononcé sur la gestion d’eau qui connait des perturbations ces temps-ci dans la capitale sénégalaise. Abdoulaye Makhtar Diop est d’avis que le problème ce n’est pas la Sen Eau (entreprise chargée de la gestion et de la distribution de l’eau) mais « ce sont les immeubles construits partout dans Dakar qui aggravent la situation ».
D’emblée, l’invité de Grand Jury sur Rfm, de ce 02 janvier, a rappelé qu’il avait déjà soulevé cette question et avait même négocié un réservoir qui devait régler la situation.  « J’ai dit à l’occasion d’une réunion solennelle que plusieurs facteurs concours au problème d’alimentation en eau de Dakar. Derrière le Monument de la renaissance, il y a un réservoir enterré de 25.000 m3 d’eau. C’est moi qui l’avais négocié sous l’autorité gouvernementale avec la coopération japonaise. Ce réservoir était censé résoudre le problème d’eau dans le secteur jusqu’à Bopp », a-t-il soutenu.
Revenant sur les facteurs aggravants de cette pénurie d’eau dont souffrent plusieurs dakarois, M. Diop pointe du doigt «  l’urbanisation incontrôlée de Dakar ».
« On laisse partout construire des immeubles de 10 ou 20 étages avec une consommation moderne, rappelez-vous, on disait que la pénurie d’eau à Dakar est dû à l’exode rurale. Maintenant ce qui aggrave la pénurie, ce sont les immeubles. Vous allez au point E, c’est combien d’immeuble on construite ? Même chose Ici à la Médina,  aux Almadies, à Ngor. Le réseau ne peut pas assurer tout cela », a-t-il souligné.
A ce  sujet, il a appelé à l’Etat du Sénégal à régler le problème en auteur, un peu comme Washington. Donc, est-il convaincu, « Ce n’est pas un problème de la Sen eau. C’est un problème de production, de transport et maintenant de distribution ».
S’agissant de la Sen eau, Abdoulaye Makhtar Diop a rappelé que les problèmes de la cherté des factures, de la sincérité du comptage de l’eau à partir de leur horlogerie ont été posés à l’Assemblée nationale. « Tous ces problèmes, il faut les corriger », a-t-il conclu.