Accueil A la Une Révolte au sein de l’APR: Le Secrétariat national d’aujourd’hui, ça passe ou...

Révolte au sein de l’APR: Le Secrétariat national d’aujourd’hui, ça passe ou ça casse, Macky dos au mur

0

Une révolte feutrée couve au sein de l’Alliance pour la République (APR). Elle va exploser à l’issue de la réunion du Secrétariat Exécutif nationale ou se dissiper. Cette rencontre d’aujourd’hui vendredi 16 septembre sera très décisive. Les responsables frustrés qui vont mener la fronde ne veulent pas entendre parler d’une histoire de postes. «C’est plus un problème de considération, de reconnaissance et de loyauté qu’autre chose», ont-ils confessé à PressAfrik.

 

Macky Sall pourra-t-il encore tuer dans l’œuf la révolte qui gronde au sein de l’APR ? On en saura quelque chose d’ici la fin du weed-end. Une sédition, pire ou à la hauteur de celle que son ancien mentor Abdoulaye Wade a connu quand il était au pouvoir, va lui exploser à la figure alors qu’il est presque en fin de mandat. Depuis la publication de notre article, il y a 48h, des tractations et des manœuvres sont en cours pour identifier clairement les irrédentistes de l’APR pour dialoguer avec où les discréditer, les casser aux yeux de leurs pairs. Jusque-là, de bonnes volontés s’activent comme aussi les faucons du palais sont à pied d’œuvre.Nos sources semblent être très engagées. «Nous sommes conscients des conséquences de nos actes et nous sommes prêts à en payer le prix fort. Depuis des années, nous sommes ostracisés, vilipendés par de petits gens qui n’ont jamais rien réussis dans leur vie», a déclaré l’un des responsables à PressAfrik. Son compère de préciser avec force : «nous refusons qu’on nous fasse un mauvais procès. Nous voulons marquer notre désaccord avec le président sur la façon dont le parti, la coalition est gérée. Il y a un manque de considération et de reconnaissance criant. Nous ne nous battons pas pour des postes. Que cela soit très clair».En partie si le Secrétariat Exécutif National a été convoqué c’est pour panser les plaies et éteindre ce feu qui couve. Généralement et le dernier remaniement (1e novembre 2020) en était une preuve certaine, le président de la République prend ses décisions au mépris total de l’avis des structures dirigeantes du parti. Des ministres et autres hauts responsables de l’APR seraient, ainsi, foudroyés par l’annonce de leur défenestration par les médias alors que beaucoup d’entre eux étaient en famille et attendaient certainement un renforcement ou un maintien. Ces pratiques sont assimilées par ces responsables en rébellion comme une sorte d’humiliation et d’un manque de considération. Aminata Touré l’a elle aussi appris à ses dépens lors de l’installation de la 14e législature. C’est seulement le matin lors de la petite concertation que la nouvelle du choix de Dr. Amadou Mame Diop pour occuper le perchoir a été rendu publique alors que tous les députés de Bennoo Bokk Yaakar étaient en conclave tout le week-end à Saly.

 

L’autre cheval de bataille de ces responsables frondeurs de l’APR, c’est le troisième mandat. Ils comptent ainsi se joindre aux forces qui vont lutter pour empêcher à Macky Sall de briguer une troisième fois la présidence de la République. Ils estiment que déjà à l’Assemblée nationale, la messe est dite, parce que Bennoo Bokk Yakaar va désormais être minoritaire face à l’opposition. «Nous disposons des armes pour faire face aussi bien qu’à l’Assemblée que sur le plan politique», ont-ils averti.

Pressafrik

 

 

       

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here