Accueil Actualités Négociations Etat-syndicats d’enseignants : Les deux parties n’ont pas trouvé d’accord

Négociations Etat-syndicats d’enseignants : Les deux parties n’ont pas trouvé d’accord

0

Samedi dernier, le gouvernement et les syndicats d’enseignants ont taillé bavette durant de longues heures sans parvenir à un accord définitif. Du côté des enseignants du G7, les revendications relatives à la correction du système de rémunération et la question des administrateurs scolaires.

Une nouvelle rencontre est prévue jeudi prochain. Pourtant, le Gouvernement a fait une nouvelle proposition passant de 69 à plus de 90 milliards de F Cfa. Ce, dans le cadre de l’amélioration du niveau de rémunération des enseignants.

«Il nous a été demandé de travailler de façon appréciable dans le cadre de l’augmentation de l’indemnité d’enseignement et donc nous avons proposé à faire des efforts à ce niveau. L’autre élément aussi qui est ressorti, c’est la question de l’indemnité de logement.

En dehors de la défiscalisation, les syndicats nous ont proposé de travailler aussi dans le cadre de son augmentation. C’est une demande nouvelle. A ce niveau, j’ai rappelé notre disposition à examiner la question dans le futur», a déclaré le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo.

A l’en croire, il n’y a pas eu de «difficultés» sur les autres points à savoir la revalorisation de la prime scolaire, le relèvement de l’indemnité de contrôle et d’engagement, de l’indemnité de recherche documentaire, entre autres.

Prenant la parole, le secrétaire général du Cusems a tenu à apporter des précisions. «Le gouvernement a fait des propositions. La première proposition, c’est par rapport à la défiscalisation de l’indemnité de logement. Nous, nous n’avons jamais demandé la défiscalisation.

Conformément aux résultats de l’étude sur le système de rémunération des agents de l’Etat réalisée par le cabinet MGP Afrique qui a révélé des iniquités et des injustices, nous avons demandé la modulation de l’indemnité de logement et le paiement de cette indemnité en tenant compte des hiérarchies», a fait savoir Abdoulaye Ndoye.

Et d’ajouter, «le deuxième point d’achoppement, c’est l’ICR. On l’avait porté à 10% lors de la réunion restreinte entre la Direction de la Solde et les organisations syndicales les plus représentatives mais aujourd’hui, ils l’ont ramené à 5%».(…).

 

       

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here