Accueil Actualités Me Oumar Youm sur la déchéance de Mimi : «C’est une...

Me Oumar Youm sur la déchéance de Mimi : «C’est une décision conforme à la pratique parlementaire»

0

Joint par téléphone quelques instants après que Mimi Touré a été déchue de son mandat de députée, Me Oumar Youm explique le processus qui a abouti à cette décision : «Le Bureau de l’Assemblée a été saisi par l’Apr dont le Secrétariat exécutif national en avait fait la demande. Le Bureau de l’Assemblée a pris acte de la déchéance de son mandat de députée.» Il y a 6 voix pour sa déchéance sur 10. Il a fallu compter sur le vote de certains députés de Wallu. Pour le président du Groupe parlementaire Benno bokk yaakaar, c’est une décision logique. «Elle est conforme à l’esprit de la démocratie, à la pratique parlementaire.» Il cite les exemples de Issa Sall du Pur, de Mbaye Ndiaye et de Moustapha Cissé Lô. Ces derniers ont été aussi déchus de leur mandat après avoir quitté le Parti démocratique sénégalais. Selon Me Youm, Mimi Touré «était dans une logique personnelle» depuis qu’elle a quitté les rangs de Bby dont elle fut la tête de liste lors des dernières Législatives. Après le choix de M. Amadou Mame Diop à la tête de l’Assemblée nationale, Aminata Touré était entrée en rébellion. Elle s’est désaffiliée du groupe Bby pour devenir une députée non inscrite et opposante farouche à une éventuelle troisième candidature de Macky Sall.

Au lendemain de sa désaffiliation en septembre, Le Quotidien avait révélé qu’elle allait être «déchue» de son poste de députée. Selon le pouvoir, c’est l’acte définitif de rupture officielle. Il a invoqué la loi constitutionnelle 2019-10 du 14 mai 2019, dispose sans «aucune ambiguïté» à l’article 60 : «Tout député qui démissionne de son parti en cours de législature est automatiquement déchu de son mandat. Il est remplacé dans les conditions déterminées par une loi organique.» D’après la coalition présidentielle, il n’est pas «concevable» de laisser l’ancienne Première ministre utiliser le mandat de «Benno contre Benno». Cette situation avait réduit la marge de manœuvre du régime qui se retrouve avec une majorité très fragile de 82 députés. Avec l’installation de Ndèye Fatou Sougou lors la prochaine séance plénière, le pouvoir renforce ses rangs dans l’Hémicycle divisée en trois forces : Bby, Yaw et Wallu.

Le Quotidien

       

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here