ActualitésOpinion Actu Médias

La DER, ou l’échec retentissant de la politique de l’emploi des jeunes

 

Nous sommes le 3 mai 2021 et le président de l’APR a, il y a quelques jours, promis 65.000 emplois au début de ce mois d’avril. Des emplois qu’il n’a pas donnés en 9 ans à la jeunesse sénégalaise. Aucun crédit ne doit donc être accordé face aux propos de Macky Sall.

Au-delà de ces mots qui ne sont qu’une annonce comme toutes les autres, il faut voir en ces déclarations, une incapacité à résoudre les problèmes des sénégalais en général et particulièrement ceux de la jeunesse. Toutes ces organisations et directions mises en place n’ont finalement pas servi à grand-chose. Parmi cette grande liste, la DER qui ne bouge visiblement que pour une bande d’amis ou de proches politiques.

Nous notons dernièrement une vague de communication sur la DER à travers les médias et les réseaux sociaux. Mais est-ce sérieusement ce qui devait se faire ? Pourquoi vouloir présenter un résultat virtuel alors que sur le terrain c’est totalement le contraire ? Ne devait-on pas permettre à cette jeunesse qui souhaite travailler, entreprendre, mettre en œuvre des initiatives de développement; d’avoir des financements pour accompagner le développement économique de notre cher Sénégal ?

On nous expose des milliards au quotidien, on nous cite des financements par zone, on nous expose des publi-reportages. Nous sommes tous sénégalais, nous sommes tous des personnes animées par un vœu d’émergence à tous les niveaux.

La Délégation à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) gère une enveloppe qui appartient aux sénégalais, qui appartient à la jeunesse au-delà de toutes considérations partisanes.

Dans le bilan des financements 2020, la DER/FJ annonce près de 60 Milliards de financements, dont 26 Milliards en cofinancement et garantis auprès des institutions financières partenaires ;
72 Milliards de FCFA levés auprès des bailleurs, traduisant la confiance de différents partenaires internationaux tels que la BAD, l’AFD, Fonds Khalifa, l’USADF, la Fondation Bill & Melinda Gates, 106 209 crédits octroyés par la DER/FJ au niveau national, 2452 TPME accompagnées avec des services non financiers (866 immatriculées par la DER/FJ en supportant les frais d’immatriculation au Registre de commerce et d’inscription au NINEA).
Sans oublier les 110 startups du numérique accompagnées
Des chiffres exposés partout sur papier mais visibles nulle part concrètement. Quand on n’a pas de vision ou d’actions de développement, on fait dans le tâtonnement et les calculs politiques. Le Président Macky Sall a une vision limitée à l’axe Dakar-Diamniadio, mais il a aussi la malchance d’être entouré de personnes qui ne se soucient visiblement que d’une image personnelle mettant de côté l’intérêt général.

Toutes les actions à mettre en œuvre destinées aux jeunes doivent être pilotées en dehors de calculs politiques. Cette théâtralisation et politisation à outrance de la question de l’emploi des jeunes, ces forums organisés ça-et-là, ce tapage médiatique pour encaisser des millions et cette succession de théories et termes creux, doivent cesser, car il faut des actions sérieuses et réfléchies pour appuyer les jeunes sans politiser la démarche.

Gaoussou KOMA
Coordonnateur national du Mouvement Patriotique du Sénégal / Faxas (MPS/FAXAS)
Coordonnateur national chargé des relations extérieures et de la diaspora de la Coalition JOTNA.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 6 =


Bouton retour en haut de la page