Accueil Actualités Interdiction de porte-bagages : L’Etat fait marche arrière

Interdiction de porte-bagages : L’Etat fait marche arrière

0

Interdiction de porte-bagages : L’Etat fait marche arrière
En voilà une décision qui vient de tomber parmi les 23 mesures prises (sous le coup de l’émotion ?) par le gouvernement au lendemain de l’accident de Sikilo ayant fait 41 morts au dernier bilan. A propos des porte-bagages, l’Etat a pris le sens interdit après une rencontre avec les transporteurs. Dans l’arrêté signé par le ministre des transports, Mansour Faye, il est dit que cette interdiction de porte-bagages ne sera pas immédiate. 
 
« À titre dérogatoire, les véhicules affectés au transport public de voyageurs sont autorisés, pour une période d’un (1) an, à compter de la date de signature du présent arrêté, à conserver des porte-bagages dont les chargements ne peuvent dépasser : 50 cm pour les véhicules de 7/8 places; 70 cm pour toutes les autres catégories de véhicules affectés au transport de voyageurs ». Les propriétaires des véhicules de transport en commun qui en disposent devront donc les démonter d’ici 12 mois.

Cette marche arrière du gouvernement va certainement donner raison à ceux qui disaient que l’Etat s’est précipité pour calmer l’opinion. Elle va aussi renforcer le scepticisme de ceux qui ont toujours cru qu’il ne se passera rien, malgré les déclarations. 
 
L’arrêté interdit également toute modification de véhicules de transport de personnes, notamment pour y mettre plus de place. De même, les véhicules de transport de marchandises ne peuvent pas faire l’objet de modification pour déplacer des humains. Le transport mixte (voyageurs et marchandises) est aussi prohibé.
       

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here