cropped-logotransparent.png

HRW accuse l’armée burkinabè d’avoir tué une soixantaine de civils

Dans un rapport publié le 25 janvier, Human Rights Watch (HRW) accuse l’armée du Burkina Faso d’avoir tué au moins 60 civils dans des frappes de drones. « Trois frappes de drones de l’armée burkinabè présentées par le gouvernement comme ayant frappé des combattants jihadistes ont provoqué la mort d’au moins 60 civils sur deux marchés et lors d’une cérémonie de funérailles depuis août 2023 », affirme l’ONG.

Le concepteur du « Bayraktar TB2 », ici à la gauche d’Ibrahim Traoré, le chef de la junte burkinabè, a été décoré le 25 avril 2023 à Ouagadougou. © AfriquInfos.

Au Burkina Faso, les drones turcs au cœur de la stratégie d’Ibrahim Traoré
HRW assure avoir interviewé des dizaines de témoins entre septembre et novembre 2023, et analysé des photographies, des vidéos et des images satellites pour cette enquête. « L’armée burkinabè a utilisé l’une des armes les plus précises de son arsenal pour frapper de larges groupes de personnes, provoquant la mort de nombreux civils », assure dans ce rapport Ilaria Allegrozzi, chercheuse pour le Sahel à HRW.

Les frappes ont été menées avec des drones Bayraktar TB2, fabriqués en Turquie, et capables d’emporter jusqu’à quatre bombes à guidage laser, selon l’ONG. Elle affirme avoir obtenu de survivants une liste de sept personnes âgées de 20 à 40 ans tuées et cinq blessées sur le marché du village de Boulkessi (nord) le 18 novembre, présenté à la télévision nationale comme une « base logistique » des jihadistes. « C’étaient des commerçants, des civils, pas des combattants », affirme un homme de 69 ans qui a perdu deux fils âgés de 20 et 40 ans dans cette frappe.

À Bidi (nord) le 21 septembre, une frappe de drone aurait touché une tente où s’étaient rassemblées une centaine de personnes pour des funérailles, en tuant 24. « J’ai vu beaucoup de corps dispersés sur le sol, certains déchirés en morceaux… des bouts de corps, comme des organes, c’était horrible », raconte un témoin interrogé par HRW. Son rapport affirme que des habitants sont parfois contraints de collaborer avec les jihadistes qui contrôlent ces zones.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Articles en Rapport

ACTU CAN CÔTE D'IVOIRE 2024

PUB

DERNIERS ARTICLES

PUB

SENEGALACTU est un site d’Information Sénégalais dont la ligne éditoriale est axée sur la Politique, la Santé, le Sport, la Culture etc… Senegalactu n’est pas responsable des contenus provenant de sites Internet externes.
Service Commercial: pub@senegalactu.info
Rédaction: contact@senegalactu.info
Téléphone: +33 750 92 47 98 NUMERO ISSN 2712 – 696X

Nous suivre

scroll to top