ActualitésSociété

FRONTIÈRE ENTRE LE TCHAD ET LA LIBYE: 20 migrants meurent de déshydratation

L’Organisation internationale pour les migrations (Oim) a déploré la mort d’au moins 20 migrants dans le désert libyen et renouvelle son appel à une action plus forte pour protéger les migrants le long de la frontière entre le Tchad et la Libye.
Le 28 juin, les corps de 18 personnes, vraisemblablement des Tchadiens et deux Libyens, auraient été retrouvés près de la frontière avec le Tchad. Selon les services d’ambulance et d’urgence libyens, le groupe serait mort de déshydratation. « La mort de vingt personnes dans le désert libyen est un nouveau signal d’alarme pour l’ensemble de la communauté internationale et un rappel que nous sommes très loin d’atteindre l’objectif de ne laisser personne derrière, le mantra de l’Agenda 2030 », déclare Federico Soda, chef de mission de l’Oim en Libye. « Les pertes de vies humaines auxquelles nous assistons en mer Méditerranée et dans les déserts du sud de la Libye sont à la fois inacceptables et évitables », a-t-il ajouté. Le désert du Sahara fait partie des routes migratoires les plus périlleuses et les plus meurtrières du monde. Selon le projet Migrants disparus de l’Oim, plus de 2.000 décès de migrants ont été documentés depuis 2014 dans le seul désert du Sahara, mais les experts estiment que les chiffres sont plus élevés.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 + 25 =


Bouton retour en haut de la page