Opinion Actu Médias

Contribution : Sommes-nous désormais en perte de repère dans ce Sénégal qui nous est si cher ? ( Par David )

Sommes-nous désormais en perte de repère dans ce Sénégal qui nous est si cher ?
En tout cas le constat est sans appel dans ce pays de croyances religieuses profondes, construit sur des socles de valeurs incontestés : Cheikh Ahmadou Bamba, Seydi El Hadji Malick, Mame Limamou LAYE etc.
Ce même pays est aussi construit sur des socles politiques solides au lendemain des indépendances : Léopold S Senghor, Cheikh Anta DIOP, Mamadou DIA, Abdoulaye WADE pour ne citer que ceux-là. Tous avec un seul dénominateur commun le savoir « xam-xam » issu d’études académiques profondes mais d’études d’idéologies politiques claires même si nous pouvons toutes les remettre en cause avec le temps, il demeure que tout projet de société doit reposer sur des idées claires avec de réelles perspectives qui tiennent en compte les nombreuses et rapides mutations de nos sociétés d’aujourd’hui à l’échelle mondiale.
La question est : A quoi assistons-nous au Sénégal de nos jours ?
Au « jangate » qui prend de plus en plus la place du « jangue ». Une nouvelle approche installée et entretenue par des gens qui sortent de nulle part, qui ne peuvent justifier d’aucun savoir ni de savoir-faire et qui prônent le « wax sa xalaat » tout simplement à la place du « wax xam-xam ». Ils le font tellement bien qu’à terme ceux qui ont été bonne école rasent les murs de nos jours et laissent la place au monsieur « wax sa xalaat » sur les plateaux de télé et de radio.
Rares sont aujourd’hui les émissions qui nous parlent de développement basé sur du « xam-xam ». A la limite ce type de débat n’intéresse plus personne à cause d’une certaine couche de la population qui, il y a 5 ans était totalement méconnue de la scène, surgissant subitement à travers des « live » sur le net et parvenus à installer un débat inutile et vide de contenu, un débat populiste quotidien qui a fini d’installer l’animosité et la méchanceté dans notre société connue pour sa paix sociale et politique. Ce type de débat est alimenté par des personnes de multiples facettes, qui cherchent à se rattraper de leurs échecs car n’ayant rien fait de leur vie jusqu’ ici et désignant l’autre comme responsable, qui n’a plus les privilèges du pouvoir d’alors, qui lasses de chercher un poste ou une audience sans succès, qui hantées par la haine issue d’une sanction politique et ou disciplinaire etc.
C’est aujourd’hui cette catégorie de personne qui nous tient en otage et oriente le débat avec la complicité de médias propagandistes, alimentaires, politiques ou tout simplement dépourvus de ressources capables de poser les vrais sujets parce que mal formées ou recrutées dans le tas. On assiste à la dictature des chroniqueurs fortement colorés politiquement qui mettent en avant leurs problèmes personnels au détriment de l’intérêt général. S’y ajoute la nouvelle génération « d’oustaz » et d’imams foncièrement politique qui utilisent le coran au profit ou contre un politicien ou une cause. Je ne parle pas de la société civile quasi inexistante ou partisane par ses discours.
Le mal est tellement profond que je ne sais pas si mon appel au retour à l’orthodoxie servira à quelque chose mais j’attire l’attention sur le dérapage du train « Sénégal » qui à ce jour est en train de sortir des rails du vrai débat de développement laissant la place au désordre médiatique alimenté par des sujets tout azimut. La conséquence est que ça va dans les sens dans ce pays.
Nous gagnerons à méditer sur un retour au sérieux.

David le contributeur.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Tres belle réflexion !
    Nous gagnerions tous à nous rappeler nos valeurs anciennes inculquées par de GRANDS HOMMES. La société perd ses repères.
    La discipline à tendance à disparaître laissant la place au « droit », au « mbéd bi mbéd buur la ». Que deviendra cette jeunesse???
    Le Sénégal rime avec « Djam »
    Notre cher pays rime avec « Teranga »
    Nagnou délossi xél yi…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 + 21 =


Bouton retour en haut de la page