ActualitésAfrique

COIN D’HISTOIRE : À la découverte de Camara Laye

COIN D'HISTOIRE : À la découverte de Camara Laye

COIN D’HISTOIRE : À la découverte de Camara Laye

Camara Laye, né le 1er janvier 1928 à Kouroussa, un village de Haute-Guinée, et mort le 4 février 1980 à Dakar, est un écrivain guinéen d’expression française.

Le premier roman de Camara Laye, L’Enfant noir, publié en France en 1953, a reçu le Prix Charles Veillon 1954. Dans ce roman, il dépeint avec nostalgie son enfance heureuse, ses parents, son éducation, le rituel de la circoncision qui est un élément important dans l’initiation à la culture malinké et la fin de sa jeunesse. Ce livre connut un tel succès qu’il fut adapté en film : L’Enfant noir par Laurent Chevallier, sorti en 1995.

Le Regard du roi, publié en 1954, est un récit allégorique et initiatique, avec comme héros un blanc qui, s’étant fait rejeter par ses compatriotes, tente d’accéder à la sagesse profonde de l’Afrique avec l’aide de maîtres spirituels noirs.

Dramouss (A Dream of Africa) a été publié à Paris en 1966, brisant ses douze années de long silence. Il poursuit l’histoire de Fatoman, mais est plus politique ; Fatoman, après son retour à son domicile, a des difficultés à se réajuster à son entourage en Afrique. La vision idéalisée de la vie qu’il s’était faite à l’étranger est corrompue par la violence politique. Sékou Touré apparaît dans le récit, à peine déguisé, comme « Le Big Brute ». En prison, Fatoman rêve d’un lion noir apportant la paix en Guinée.

Son dernier livre, Le Maître de la parole, publié en 1978, est une transcription de l’épopée de Soundiata, une épopée orale consacrée à Soundiata Keïta, l’empereur mandingue mort en 1255. Fruit d’une enquête de vingt ans auprès des griots malinkés, l’ouvrage se fonde en particulier sur la récitation de l’épopée faite à Camara Laye par le griot Babou Condé ; mais Camara Laye la romance en partie afin de la rendre accessible à un lectorat plus large.

COIN D’HISTOIRE : À la découverte de Camara Laye

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
25 + 6 =


Bouton retour en haut de la page