Accueil Actualités Bonnes Mœurs : étudiant à Ensup Afrique, Fallou Tall trainé à la...

Bonnes Mœurs : étudiant à Ensup Afrique, Fallou Tall trainé à la barre des flagrants délits pour attentat à la pudeur et CBV.

0

Bonnes Mœurs : étudiant à Ensup Afrique, Fallou Tall trainé à la barre des flagrants délits pour attentat à la pudeur et CBV.

Une affaire de mœurs a fait l’objet d’un jugement, ce 4 janvier, aux flagrants délits du tribunal de grande instance de Dakar. L’affaire a opposé la partie civile Ndèye Fall contre Fallou Tall, un étudiant en première année à Ensup Afrique. Ce dernier, prévenu dans cette affaire, est accusé d’attentat à la pudeur et coups et blessures volontaires avec une incapacité temporaire de travail de 5 jours.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 30 au 31 septembre 2021 dans une villa où vit la plaignante. Face au juge, cette dernière est revenue sur le fond du dossier.
« Il a voulu me violer et nous nous sommes bagarrés, c’était vers l’aube. Il est passé par le mur mitoyen à nos chambres. Nous nous sommes bagarrés avant qu’il ne me blesse. Fallou est sorti et a pris un bâton en menaçant de s’en prendre à ceux qui s’interposaient dans notre altercation », a confié la présumée victime.
Le président du tribunal qui lui a demandé de désigner au moins deux (2) personnes témoins de la bagarre, la plaignante s’est refusée de coopérer pour éviter des représailles à l’encontre d’elles. Elle n’a cependant rien réclamé pour le préjudice subit.
Fallou Tall qui s’est présenté comme étudiant en première année à Ensup Afrique a, pour sa part, nié les faits qui lui sont reprochés et livre sa version des faits.
« On ne s’entend pas. Cela fait 4 ans qu’on ne se parle pas. Alors que je dormais dans la même villa, je l’ai subitement entendu crier au viol. Elle a cinq enfants, comment moi, jeune, je peux abuser d’elle. C’est la seconde fois qu’elle m’accuse », a expliqué le mis en cause qui dit attendre son orientation à la Faculté de droit et des sciences politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
À la barre, le juge lui a fait savoir qu’il n’en était pas à sa première plainte pour des faits de mœurs avant de lui rappeler le cas Coumba Diouf, une victime de fait similaire.
« Coumba Diouf m’envoyait ses photos intimes. Je lui ai envoyé un message pour lui intimer l’ordre d’arrêter et elle a porté plainte contre moi », a réagi Fallou Tall.
Dans son réquisitoire, le ministère public a retenu 2 ans d’emprisonnement ferme à l’encontre du prévenu. Il a étayé une constance dans les faits qui, selon la procureure générale, incrimine l’étudiant Fallou Tall.
« Le prévenu a tenté d’abuser d’elle. Il a toujours contesté les faits, mais il y a des indices de culpabilité. S’il n’était pas entré dans la chambre de la plaignante, celle-ci ne serait pas sortie des lieux pour crier au viol, il reconnaît aussi que c’est la seconde fois que la dame l’accuse. Il s’y ajoute encore une fois, qu’une plainte pour mœurs avait été déposée contre lui. Voilà autant d’éléments qui attestent de sa culpabilité pour attentat à la pudeur avec violence et coups et blessures volontaires », a expliqué le maitre des poursuites.
La defense assurée par Me Malick Mbengue a jugé extrême la peine requise par le ministère public à l’encontre de son client et relève des indices pouvant tirer d’affaire l’étudiant.
« Les faits ont lieu dans une maison où vivent 50 personnes et cela s’est passé dans la nuit du 30 au 31 septembre, mais bizarrement le certificat médical est daté de novembre, deux (2) mois après les faits, donc on ne peut pas le condamner sur la base de ce document car les blessures n’existent pas, si elles existaient les policiers l’auraient constatées », a souligné le conseil qui remet en cause les accusations de la plaignante.
« Mon client n’a jamais été poursuivi, c’est plutôt la dame qui lui faisait des avances et il a répondu par des messages injurieux. Sur quoi on veut se fonder pour dire que Fallou est coupable ? On ne peut pas condamner cet étudiant sur la base de supposition parce qu’il n’y a pas de preuve ni de témoin alors qu’il y a 50 personnes au moins qu’on pouvait entendre », a soutenu la robe noire. Il a, pour conclure, plaidé la relaxe pure et simple de Fallou Fall.
L’affaire a été mise en délibéré au 11 janvier prochain…

       

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here